Au parc de la tête d'Or à Lyon, Emmanuel Gutman prend le portrait d'un jeune homme assis
Emmanuel Gutman
Emmanuel Gutman

Rester motivé par son activité de photographe à Lyon

Pratiquer de sa passion, c’est absolument génial : c’est une chance, une opportunité, une occasion rare. En premier lieu parce que tout le monde ne connait pas sa passion, cela demande parfois de se découvrir, d’expérimenter, et de chercher un peu partout pour comprendre ce qui nous plaît réellement. Et puis il y a tous les aléas de la vie, et de ses envies. Dans cet article, je vous explique, de mon point vue, les difficultés à rester motivé par son activité de photographe à Lyon.

Rester motivé par son activité de photographe face aux contraintes de la vie

De nombreux éléments viennent interférer dans la vie de tous les jours. Ce n’est pas propre à l’activité de photographe en tant que tel, mais à notre quotidien à tous. Que l’on soit photographe à Lyon, photographe événementiel, créateur de bijoux, footballer par passion, freelance en side-project. Pour ma part, de nombreux éléments sont venus interférer, ce qui a rendu ma tâche difficile.

Les études

Je me dévoile : j’ai lancé ce projet en 1ère année de Master. Donc l’énergie disponible pour rester motivé par mon activité de photographe rivalisait beaucoup avec celle de mes études. D’autant que nous n’avons pas été épargné : nombre incalculables de projets, de dossier, d’oraux à préparer. Trouver du temps était un véritable challenge : moi qui travaille sur ce side project de photographie à Lyon le soir, je devais conserver du temps pour m’assurer de rendre mes travaux.

A l’heure où j’écris cet article, je suis très rassuré : je sors de mon dernier examen, assis à une table, à quelques mètres de ma salle de soutenance. Cette activité de photographe à Lyon, c’est ma passion à n’en pas douter ! A peine sorti, je me rue sur la rédaction d’un contenu. Le temps est venu de me pencher sur ce que j’aime réellement pratiquer au quotidien, voilà un élément de réponse au fait de rester motivé par son activité de photographe.

Une fille prise en photo dans le quartier de Confluences, par le photographe de Lyon

Le job en alternance

Je ne me rends pas la vie facile ! J’ai réalisé mon Master en alternance, ce qui signifie que les temps où je n’ai pas cours, c’est au travail que je dois le passer. Et j’ai été très appliqué et impliqué dans la réussite de cette jeune entreprise dans laquelle j’ai fait mes armes : création de photos, rédaction de scénarios, tournage de vidéos, montage sur les outils Adobe, retouche, mais aussi création de contenus, animation d’une communauté sur Instagram, Facebook, Linkedin, graphisme sur Photoshop et Lightroom. Beaucoup de missions, de la responsabilité et du plaisir. Et c’est d’ailleurs grâce à mon tuteur que j’ai lancé mon activité de photographe à Lyon, indépendant, en lançant mon site internet et en me référençant comme micro-entreprise.

Mais le fait de passer son temps à travailler en journée, sur des plages horaires assez intenses, réduit l’énergie disponible : rester motivé par son activité de photographe devient alors un nouveau défi. Et il faut se lancer, oser ouvrir son ordinateur, retoucher les portraits au format brut sur Lightroom, ajuster les tons et la luminosité sur Photoshop, recadrer les clichés de beaux modèles souriants … Le plus difficile, c’est de s’y mettre, après ça va tout seul !

La volonté de prendre soin de mes relations amicales

Au cours de ces dernières années, j’ai voyagé en Angleterre, et je me suis installé à Lyon il y a trois ans, en 2019. J’ai habité dans les quartiers de Lyon 8e, vers la Halle Tony Garnier, Confluences, Debourg, Moulin à Vent, le long du tramway T4. Ma personnalité m’a fait rencontré de nombreuses personnes formidables, mais il a fallu réellement faire un effort pour conserver mes relations les plus fortes, à Paris, à Birmingham ou ici à Lyon.

Et ce temps et cette énergie que j’accorde à mes amis, avec le plus grand des plaisirs, c’est du temps en moins à photographier, à trouver de nouveaux clients et contrats, à me rendre sur des lieux de mariage, des soirées événementielles pour réaliser de beaux portraits photogaphiques, des portraits uniques, des packshots bien cadrés … Il m’a fallu faire parfois certains choix afin de rester motivé par mon activité de photographe à Lyon.

Le métier de photographe à lyon est complexe, l'expérience joue comme le montre cette photo de cette femme au soleil

Se concentrer sur le positif pour rester motivé par son activité de photographe

Je pourrais continuer de heures à parler des contraintes, et les freins au fait de rester motivé par son activité de photographe. De femmes tombent enceintes et s’occupent d’elles avant d’accoucher et de s’occuper de leur vie familiales. D’autres tombent malheureusement malades, et la fatigue les empêche de rester motivé par leur activité de photographe ou autre. D’autres encore, perdent le goût de cette passion, et ne trouvent plus de plaisir dans le fait d’utiliser leur appareil photo, de changer les optiques et les objectifs, d’investir sur du Canon ou du Nikon plutôt que du Sigma ou du Olympus.

Le plus important, de ce que j’ai appris par ces expériences passées, est de prendre en compte ces contraintes, de faire avec, et au mieux. Mais de garder en tête le bel objectif qu’est celui de profiter de sa passion, d’en vivre un peu chaque jour, de s’en nourrir comme on le peut, à coût de quelques minutes par jour. En cela, je suis resté motivé par mon activité de photographe, en attendant précieusement le jour où je pourrais enfin m’y remettre pleinement !

Le photographe Lyon Emmanuel Gutman capture l'émotion d'une belle femme au bord d'un lac