Photographie professionnelle de Emmanuel Gutman, à La Duchère à Lyon
Emmanuel Gutman
Emmanuel Gutman

Tout ce que j’aurais aimé savoir en lançant ma micro-entreprise en photographie

J’ai pu découvrir les joies de la micro-entreprise en 2019, dans le cadre de mon activité de photographe à Lyon. Cela faisait plusieurs années déjà que je réalisais des shootings, des vidéos pour ma famille aux quatre coins du globe, et simplement que je souhaitais explorer ma vision du beau. Je pensais depuis un temps à proposer des prestations payantes, et respecter la loi et payer mes impôts correctement me semblait indispensable (c’est toujours le cas !). C’est ainsi que je me suis retrouvé à réaliser les réels enjeux liés à la réalisation d’une activité en micro-entreprise de photographie  . Et beaucoup de choses m’aurait facilité la vie si j’avais les connaissances que je vous livre en cadeau de Noël dans ce petit article. En espérant que cela aidera les entrepreneurs et freelances, ou simplement que je participerai à apporter de la motivation à celles et ceux qui hésitent à se lancer !

Ouvrir ma micro-entreprise en photographie a été simple et accessible

La volonté de me lancer dans l’entreprenariat me trottait dans le tête, mais je l’ai repoussé bêtement car le problème me semblait trop imposant. On se dit que l’on est en France, donc les démarches de ce type sont lourdes. Des fiches d’impositions, des contrats d’assurance, des fiches de paie, des attestations de domiciliation dans tous les sens … La vérité est bien loin ! Chacun dispose des informations nécessaires, qu’il utilise au quotidien ou presque. Pour la majorité des cas, il suffit de fournir une pièce d’identité, et de nombreux outils permettent de recréer la qualité d’un scan depuis l’appareil photo de son smartphone. Une attestation de domicile est requise, mais rien de trop complexe, il s’agit là surtout d’une adresse à laquelle envoyer quelques courriers. Pour des activité relativement simple, tel de la prestation de service, quelques informations supplémentaires suffiront à vous créer un statut de travailleur indépendant. Des entités comme le portail auto-entrepreneur rendent la chose très simple : suivre les étapes et prendre son temps suffisent à arriver au bout de la démarche !

Une fille prise en photo au Parc de la Tête d'Or, par le photographe de Lyon

Micro-entreprise en photographie : pléthore de documentation sur la comptabilité

Les tableaux Excel, les factures signées, les frais d’entreprise … Ce sont ces mots-clés et les documents qui en découlent qui me faisaient peur et qui ont retardé le lancement de mon projet de freelance. Hors il existe de nombreux sites d’information, de la documentation rédigée ou en format audiovisuel pour comprendre les tenants et aboutissants. Et tous ne sont pas denses et complexes, certains sont très accessibles. Je vous invite à faire le test, et à taper une question liée à la comptabilité sur Google : rien qu’en première page, je vous parie que 6 des 10 résultats mèneront à des ressources pertinentes.

En discutant avec des amis comptables et en échangeant sur des forums, j’ai aussi appris qu’il existait aujourd’hui des outils automatisés pour faciliter la vie des jeunes entrepreneurs néophytes. A commencer par Indy, le logiciel de comptabilité pour les indépendants. Je ne l’utilise pas personnellement mais j’en ai entendu beaucoup de bien. Et à terme il est possible que j’investisse dans ce service qui facilite la vie de nombreux travailleurs indépendants.

Trouver le bon outil pour gérer mon activité de freelance

Les clients, les devis et factures, l’avancement de mes multiples projets, ma visibilité … Comment m’y retrouver dans tous ces éléments et surtout réussir à centraliser les différents versants de mon activité de photographe en micro-entreprise à un seul moment ? Même si j’ai fini par trouver ma solution (que je vous dévoile ici) il est essentiel de tester différentes solutions. Si vous êtes adeptes du papier, pourquoi n’essayeriez-vous pas d’acheter un grand carnet et de le diviser en différentes parties ? Sinon, des outils assez simples comme Trello, Assana ou Evernote sont recommandés pour centraliser des notes et gérez vos priorités.

Personnellement, j’ai découvert Notion, un outil qui a révolutionné ma vie, tant au niveau professionnel que personnel. Mieux encore, j’arrive à tout centraliser au sein d’un même espace, une sorte de second cerveau qui m’aide à m’organiser, à poser mes connaissances et ne plus rien oublier. Notion est un outil extraordinaire, et j’y consacrerai au moins un article entier pour expliquer ma manière de gérer mon side business de photographie en indépendant. Quoi qu’il en soit, je crée des pages interconnectées et dynamiques, et j’y gère les versants de mon activité :

  • Mes clients et ce que je dois gérer avec eux (les appeler, gérer un devis, assurer ma prestation ou envoyer une facture …)
  • Mes articles de blogs et les articles invités, sur un planning éditorial
  • La comptabilité, connectée aux prestations ainsi qu’aux investissements. Cela facilite grandement mon travail en aval pour les déclarations.

Et beaucoup d’autres éléments, comme les notes de chaque clients, des pensées sur mon activité, des inspirations pour les shootings photo … Bref après de multiples essais sous diverses formes, j’ai aujourd’hui trouvé un outil qui me convient parfaitement. Jusqu’au prochain !

Avec le temps, j’apprends enfin que cette activité indépendante ne dépend que de moi-même et de ma motivation. J’apprends donc à gérer ma productivité selon les semaines. Certaines sont bien plus efficaces que d’autres, mais j’apprends à me gérer et faire chaque chose en son temps. C’est un excellent moyen de se découvrir et de développer des compétences et de l’autonomie. J’invite donc chacun à réfléchir à une activité qu’il pourrait démarrer dans le cadre d’une micro-entreprise : C’est si simple, et qui sait où cela mènera !

Le photographe evenementiel Lyon prend un noir & blanc d'une femme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.